FESTIVAL TRIBU : FOREVER PAVOT + JOSEBA IRAZOKI eta LAGUNAK

By Posted in - Programmation on décembre 9th, 2014 0 Comments

URTARRILAK 23-24  30-31 JANVIER

ATABAL /// BIARRITZ

tribu2

La « Galette à Camomille », alias Pantxo, a eu une super idée de cocktail, le Festibal TRIBU. On prend un shaker du nom de l’ATABAL. on y verse une ounce de DSF sur du BRAH BRAH pilé. Une petite rasade de LA SOUCHE ROCK mélangée avec THE DRONE. Une pincé promordiale de MOÏ MOÏ. On finit par laisser couler le combo DUB GREETINGS/EQUAL BROTHERS pour donner une mixture corsée, acide et suave, le Festival TRIBU !!! Le rassemblement de tous les collectifs qui vous font vibrer toute l’année en deux week-ends!! Miam!

Nous on sera sur le tapis le 30 Janvier avec le magazine The Drone pour :

FOREVER PAVOT :

Mettons les pieds dans le plat tout de suite: Forever Pavot est le projet d’Emile Sornin, ancien membre d’Arun Tazieff, également réalisateur de clips, pour Dizzee Rascal et Disclosure notamment, pour répéter ce qu’on peut déjà lire sur les sites internets spécialisés dans la pop française indépendante et souterraine. On en parle aujourd’hui parce que Born Bad Records vient de partager un nouvel extrait du premier LP du groupe, « Joe & Rose », tiré de Rhapsode, disponible dès le 13 novembre prochain.

Et ce qui saute aux oreilles, c’est qu’outre le fait que le morceau en question est facilement assimilable au renouveau psyché pop qui sévit en ce moment en France (celui auxquels on affilie déjà ses camarades Aquaserge, Dorian Pimpernel ou Orval Carlos Sibelius), on a affaire à de la belle ouvrage rétromaniaque, où les voix suaves de jolies filles et les accords de guitare font penser à une version adoucie de la musique de John Barry. Mais si Forever Pavot fabrique de la musique ultra référencée (on note que « Joe & Rose » pourrait bien être une référence à Joe et Rose Lee Maphis, un duo country de la toute fin des années 50) bourrée d’emprunts explicites aux bandes originales d’Ennio Morricone, à Gainsbourg ou à la pop des années 60, elle a le mérite de le faire avec le sourire et des étoiles dans les yeux, notamment en assumant son côté carton pâte (écoutez donc « Miguel el Salam« ).

Surtout, la musique de Forever Pavot reste au final difficile à attraper. Le leader du groupe n’a de cesse de tourner et retourner les genres musicaux, de multiplier les projets qui n’existent que parce qu’il en a décidé ainsi et qu’il se tamponne le coquillard d’avoir l’air cohérent ou non: « Je me sens un peu comme Stereolab ou Broadcast, ces artistes qui puisent dans le passé pour faire quelque chose de nouveau (…) Il y a une dizaine d’années je faisais du punk hardcore, ensuite j’ai fait de la chiptune, de la pop, des compos garage / folk enregistrées sur K7, et maintenant des choses inspirées des musiques de films 60’s…la seule ligne directrice ce sont mes envies. Personne ne pourra m’emmerder si je veux faire un album de reggae dans 3 ans ou un album de chanson française. Parce que c’est moi qui décide ».
THE DRONE///Lucie Monpontet

JOSEBA IRAZOKI & LAGUNAK

Nous avions eu le plaisir d’acceuilllir Joseba au Baionan Bar Fest pour un set Blues électriques des plus foudroyants. Il revient avec des potes pour pire!

Comments are closed.